Neues Elsaß-Lothringen - Nr. 85 - 25. Aug. 1999

Dossier
par Rudolf Leutmann

(5)

Enfin, en 1995, tandis que la Lega Nord augmente son pourcentage aux élections régionales, le « Parlement du Nord » est fondé à Mantua.

Puis, en 1996, suite à l'institu-tion à Venezia du « Gouverne-ment du Nord » et de la Guarda Nazionale Padana (Garde nationale padane) et une progression sensible aux élections législatives (35% dans les circonscriptions du Nord), Umberto Bossi et la Lega Nord décident d'entamer un processus séparatiste visant à libérer la Padanie du joug romain.

Aussi, la Lega organise-t-elle les 13, 14 et 15 septembre 1996 une marche symbolique de la source du Pô jusqu'à la lagune de Venise où est solennellement proclamée « la Padania, Republica federale indipendente et sovrana » devant un rassemblement de plus de 130.000 personnes tandis qu'étaient hissées les couleurs padanes « Il Sole delle Alpi » (également appelé « Rose celtique »), soleil vert formé de 6 pétales entourées d'un cercle sur fond blanc, et que le drapeau italien était remballé pour être symboliquement renvoyé à Rome, alors que les patriotes padans rassemblés faisaient s'élever leur hymne « Va pensiero ».

Malgré les fourbes appels à l'u-nité italienne du Vatican que Bossi stigmatise en le considérant comme une structure méri-dionale, pire ennemi du Nord, la Lega poursuit son chemin.

L'année 1997 sera marquée par l'épreuve de force de l'Armée Venitienne Sérénissime (AVS) qui investit le campanile San Marco en mai, pendant quelques heures, le temps de brouiller les émissions de la TV italienne (RAI) et de les remplacer par des messages politiques.

Cet événement démontre que le séparatisme vénitien est plus virulent que celui de la Lega, déployant même une hostilité à l'égard de toute immixtion dans son destin, expliquant ainsi les tensions qui affectent aujourd'hui les relations entre la Lega Nord et le Veneto, pourtant siège du gouvernement padan et bastion électoral de la Lega.

En octobre de la même année, un million de personnes participent au scrutin organisé dans le Nord pour désigner les 200 députés du Parlement de Padanie (Mantua), tous favorables à l'indépendance, marquant ainsi la volonté de créer un Etat parallèle qui puisse faire triompher sa légitimité.

Depuis 1998, la Lega étoffe son appareil militant excellement organisé : Camicie Verde (chemises vertes) devenues Volontari Verdi, Orsetti Padani (scouts padans), Giovanni Padani (jeunesses padanes) et Guarda Nazionale Padana ainsi que Penne Verdi (association padano-alpine).

Par ailleurs, la Lega développe remarquablement ses activités avec la création d'un grand quotidien « La Padania » (50.000 ex.), une maison de disques et de production culturelle (Eridania), une radio (Radio Padania Libera), un embryon de chaîne TV (Etere Padano), une structure scolaire avec enseignement prioritaire de la langue locale (Bossina)...

Ainsi que le note le responsable du groupe alpin-padan « Lupi delle Alpi » (Loups des Alpes) : « Nous refusons d´être qualifiés d´ « Italiens » parce que ce pays ne représente que le Sud : pizza, maffia et mandoline sont des symboles étrangers au Nord [...] Ce terme d´ « Italie » trouve lui-même ses racines dans l´extrême sud de la Calabre [...] l´ « Ita-lie » n´est qu´une expression géo-graphique ».

Enfin, un journaliste de La Padania écrit : « Rome s´insulte toute seule. Elle se représente elle-mê-me : une ville en marge de l´Eu-rope, un bazar levantin où l´on confond volontairement la force du droit et le droit du plus fort. »

Aussi est-il permis d'espérer la renaissance d'une fédération alpino-padane accordant l'autodé-termination aux minorités intégrées dans l'Etat padan (Tyroliens, Walser, Ladins, Occitans, ...) afin que la liberté retrouvée fasse le deuil de la sinistre politique romaine.

Si l'on peut évidemment condamner la darwinisme social et la dérive latente de la Lega Nord vers un discours populistes aux relents xénophobes, on ne doit pas négliger la formidable dynamique du mouvement qui, en combattant le mythe unitaire italien et en affrontant le monstre romain et son cortège de corruption et d'injustices, prépare, à son échelle, les voies de la libération des peuples pour une Europe libre et unie.

Più lontani da Roma, più visini all'Europa !


http://www.geocities.com/CapitolHill...86/nel85e.html