ATTENTATSLa double explosion dans la nuit de samedi à dimanche a fait seize blessés, tandis qu'à Ajaccio, des militants s'en sont pris aux forces de l'ordre
Les nationalistes corses reprennent les armes
La «trêve» des poseurs de bombes corses est terminée. Dans la nuit de samedi à dimanche, deux charges de forte puissance ont gravement endommagé la Trésorerie générale et la Direction régionale des douanes de Nice, faisant 16 blessés. La découverte à Nice d'une voiture volée en Corse, faussement immatriculée, dans laquelle ont été trouvés au moins un détonateur et de l'essence, «confirme la piste corse» dans cet attentat, a déclaré le préfet des Alpes-Maritimes. Samedi soir, de graves incidents se sont produits à Ajaccio à l'issue d'une manifestation de nationalistes. Des manifestants s'en sont pris violemment aux forces de l'ordre. De son côté, le maire de Bastia, Emile Zuccarelli, a appelé «tous les démocrates, dans l'île comme ailleurs, à se rassembler pour refuser ces méthodes». Hier soir, vers 23 heures, un attentat a encore visé un bâtiment de la direction départementale de l'Equipement dans la zone de l'aéroport de Bastia. Selon les premières constatations, cette explosion n'a pas fait de blessés